Télescope débutant : comment le choisir et comment débuter ?

Sujet complexe, car vous allez vous retrouver en face d’une multitude de site d’affiliation qui n’y connaissent rien et vous propose des instruments astronomiques choisis à la va-vite. Remettons les points sur les « i » et faisons le travail pour honorer cette passion et surtout, vous évitez les déceptions !

Photo d'un tube newton sur monture Dobson
Pour les personnes un peu flemmardes en lecture, retrouvez mon audio qui résume cette page !

Quels sont les caractéristiques à prendre en compte quand vous commencez l’astronomie amateur ?

  • La première sera votre lieu d’observation : Si vous vivez à la campagne sans pollution lumineuse, tous les instruments astronomiques pourront être utilisés sans aucun problème. Toutefois, si vous vivez en ville, la pollution lumineuse vous bloquera l’accès au ciel profond ainsi qu’aux instruments Newton ! Le ciel profond demande aux instruments une grande ouverture, c’est-à-dire un grand diamètre, ce qui les rend sensibles à la pollution lumineuse. En ville, vous pourrez utiliser des Maksutov et des lunettes astronomiques !
  • Votre budget : Il est très important de comprendre qu’avec un budget de seulement 200 euros, vous ne pourrez pas avoir ce que vous voulez. Entre 100 et 200 euros, je conseille une bonne paire de jumelles 15 × 70, de chez Celestron, par exemple. Ente 200 et 300 euros, vous allez pouvoir acheter une lunette astronomique achromatique 90 × 900 de bonne qualité, très performante pour planétaire. De 300 à 600 euros, vous pourrez vous orienter vers Newton sur monture Dobson ou des Maksutov montés sur GoTo (je parlerai un peu plus bas).

Parlons des lunettes astronomiques achromatiques et apochromatiques !

Il existe de très grosses différences entre ces deux instruments, l’une est réservée aux débutants, l’autre à des personnes plus expérimentés.

Lunette astronomique achromatique

Photo d'une lunette astronomique achromatique

Pour commencer, une lunette astronomique est composé de lentille en verre et non de plusieurs miroirs comme un télescope Newton. Les lentilles en verre coûtent beaucoup cher que de simples miroirs, raison pour laquelle une lunette avec une grande ouverture coutera beaucoup plus cher à diamètre équivalent, qu’un Newton. Vous comprenez pourquoi on favorise un Newton pour faire du ciel profond et pas une lunette astronomique.

Le principal défaut d’une lunette achromatique sont ces aberrations dites « chromatique », une espèce de flou qui apparait quand l’objet céleste subit un trop fort grossissement. Pour palier à cette imperfection, ils ont inventé les lunettes astronomiques apochromatique ! Une lentille de meilleure qualité, mais beaucoup plus cher !

Lunette apochromatique

Photo d'une lunette apochromatique

La grosse différence entre achromatique et une apochromatique réside dans la lentille utilisé pour rectifier les aberrations chromatiques. C’est un assemblage de trois lentilles qui permet de corriger la trajectoire des trois faisceaux qui permet le grossissement des objets ciblés. Pour faire simple, cela coûte beaucoup plus chère, mais permet de faire de bien meilleures observations planétaires, mais également du ciel profond. Beaucoup de personnes utilisent une lunette apochromatique pour faire de l’astrophotographie, équipée sur des montures équatoriales !


Quelles montures peut-on conseiller à un débutant ?

Pour commencer, il existe trois montures bien distinctes

  • La monture équatoriale
  • La monture azimutale
  • La monture Dobson

La monture équatoriale

Photo d'une monture équatoriale

La monture est faite pour un but très simple, le suivi des astres lors de la rotation de la terre. La monture équatoriale possède trois axes : un horizontal, un vertical et un troisième qui se règle sur l’Étoile polaire, que l’on nomme la petite ourse, qui se trouve être le plein nord magnétique. Quand ce troisième axe est bien réglé, vous pouvez grâce à sa manette, suivre les astres que vous avez visés.

Cette monture est donc parfaite pour faire de l’astrophotographie, par contre, l’est-elle pour un débutant, je ne trouve pas, voilà pourquoi !

Pour moi, une monture astronomique doit être au minium une EQ3, celle d’en dessous ne sont pas assez stable à mon gout. Une EQ3, c’est au minimum 300 euros, je trouve que c’est beaucoup pour un débutant, sachant qu’il ne fera pas d’astrophotographie. C’est la raison pour laquelle je déconseille une monture équatoriale quand on commence.

Je vais juste rajouter une chose. Si vous souhaitez vous amuser avec une équatoriale, faites-vous plaisir, vous devez juste savoir à quoi vous en tenir avant cet achat !

La monture azimutale

Photo d'une monture azimutale

C’est la monture la plus simple à utiliser avec le Dobson, car vous aurez seulement deux axes à régler, l’horizontal et le vertical. Vous retrouverez cette monture sur beaucoup de lunette astronomique achromatique et quelques Maksutov. La monture Azimutale peut très bien se motoriser avec un GoTo comme vous pourrez le voir sur certains « Mak ».

C’est donc une monture parfaite pour les débutants à la vue de sa simplicité !

La monture Dobson

Photo d'une monture Dobson

Ma préférée pour les débutants vivant à la campagne, car effectivement, si l’on peut retrouver des Maksutov sur monture Dobson, ce sont en règle générale des Newton ! Il s’agit également d’une monture azimutale, un axe horizontal et un axe vertical. La différence vient de l’axe horizontale qui pivote directement depuis le socle posé sur le sol.

L’avantage de cette monture est son faible coût de fabrication, seulement une petite centaine d’euros, ce qui vous permet de choisir de meilleurs tubes avec une meilleure focale et un meilleur diamètre. Voilà pourquoi j’adore cette monture et je la conseille !


Focale, diamètre, grossissement, rapport focale/diamètre, faisons un peu de math !

On pourrait croire que ce serait la partie la plus chiante, mais non, car elle va vous permettre de comprendre un peu mieux les caractéristiques les plus importantes quand vous achetez un instrument astronomique !

🟡 La focale : C’est tout simplement la distance parcouru par la lumière à travers votre tube pour arriver jusqu’à votre oculaire. Pour une lunette, elle sera équivalente à la longueur de votre tube, mais pour un newton, ce sera la distance parcourue entre vos miroirs avant d’arriver à votre renvoi coudé. Nous verrons quelques schémas un peu plus bas.

🟡 Le diamètre : Également appelé « ouverture », il s’agit du diamètre de votre tube par lequel la lumière rentrera. C’est une caractéristique importante pour le ciel profond, car les astres les plus éloignés sont très peu lumineux !

🟡 Grossissement : Point également important, car vous le calculerez grâce à cette formule : Focale Télescope divisé par la focale de l’oculaire, soit Ft/Fo. Prenons pour exemple, un Newton 150/1200 avec un oculaire de 10 mm, cela donne 1200/10=120. Avec cet oculaire, vous aurez un grossissement de 120 fois. Notez bien qu’un oculaire de 10 mm sera réservé pour faire du planétaire, alors que pour un champ plus élargi pour du ciel profond, vous prendrez un 25 mm.

🟡 Rapport focale sur diamètre : C’est la façon de calculer la polyvalence de votre instrument. Nous allons prendre deux exemples avec des instruments bien distinct, le Mak et le Newton.

  • Pour un Maksutov 127/1500, vous allez diviser 1500 par 127, vous allez obtenir le résultat de 11,8
  • Pour un Newton 150/1200, vous aurez 1200 divisé 150, le résultat obtenu sera de 8

Mais alors, que signifie ces résultats ? Très simple !

  • Résultat compris de 0 à 5 = Fait pour le ciel profond
  • Résultat compris de 5 à 10 = Polyvalence d’observation
  • Résultat compris de 10 à 15 : Fait pour la planétaire

Quand on connait ces petits calculs très simple, on comprend vite pourquoi un mak est réservé à du planétaire et qu’un Newton est très souvent utilisé pour sa polyvalence, mais également pour du ciel profond. Amusez-vous sur le web à faire ces calculs pour comprendre un peu mieux le fonctionnement de tous les instruments astronomiques !


Parlons maintenant des instruments et de leur fabrication !

Nous allons parler des trois instruments que je recommande pour des débutants : Le Newton, la lunette astronomique et le Maksutov !

Le télescope Newton

Schéma de la construction d'un télescope Newton

Le newton est un télescope polyvalent à miroir. Comme vous pouvez voir sur le schéma, il est composé d’un miroir primaire et d’un miroir secondaire sur lequel vient se réfléchir la lumière. La focale de ce télescope sera donc égale à la lumière parcourue entre vos miroirs jusqu’au renvoi coudé. Voyez bien que les deux faisceaux se rejoignent en un point, appelé le point focale.

Vous connaissez déjà son défaut, c’est sa sensibilité à la pollution lumineuse qui est liée à son ouverture plus grande que la plupart des autres télescopes, notons aussi que c’est un tube relativement encombrant. Son avantage sera son prix et sa polyvalence !

Lunette astronomique

Schéma du fonctionnement d'une lunette astronomique

La lunette astronomique est assez simple à comprendre. Une lentille en verre au bout de votre tube, la lumière passe au travers et vient frapper votre renvoi coudé pour atteindre ensuite votre oculaire. Rien de plus simple ! Son avantage est sa simplicité d’utilisation et son prix pour les achromatiques. Ses deux principaux défauts pour une achromatique sont ses aberrations chromatiques ainsi que son manque de polyvalence lié à son petit diamètre ! Elle est plutôt faite pour du planétaire !

Le télescope Maksutov !

Schéma d'un télescope Maksutov

Le Maksutov fait partie de la famille des télescopes catadioptriques ! C’est-à-dire qu’il possède miroir et lentille. La lentille est en vérité un ménisque en verre à l’avant de votre tube sur lequel très souvent est collé le miroir secondaire. La lumière va donc traverser le ménisque pour ensuite frapper le miroir primaire, le miroir secondaire et rejoindre votre renvoi coudé. Observé bien que la lumière fait trois le trajet dans le tube, contrairement à deux fois pour un Newton. C’est la raison pour laquelle, avec un plus petit tube, vous aurez souvent une focale plus élevé avec un Maksutov !

Les avantages d’un Maksutov sont nombreux, il est petit, donc facilement transportable. Il est également utilisable en ville, il ne craint pas la pollution lumineuse. Toutefois, comme vous avez pu le voir à travers les calculs de rapport focal sur diamètre, il est réservé à l’observation planétaire !

Quels sont les oculaires recommandés ?

Photo d'un lot d'oculaire !

Nos amis oculaires méritaient quand même un petit chapitre. La plupart du temps, quand vous achèterez votre premier instrument astronomique, il y aura toujours un voire deux oculaires fournis avec. Ils sont largement suffisant quand on commence dans l’astronomie amateur. Faites juste attention à ce qu’il y en est deux, un de 10 mm pour le planétaire, et un autre de 25 mm pour le ciel profond.

Quand votre expérience sera meilleure, vous pourrez vous équiper en meilleur oculaire. Vous verrez qu’en les choisissant bien, vos observations seront de bien meilleure qualité !

Petite conclusion !

Vous l’aurez compris à travers cette page, quand on veut commencer l’astronomie amateur, rien n’est très simple, mais vous avez maintenant toutes les clés pour y arriver ! Suivez bien mes conseils et amusez-vous !

Retour haut de page